Attention aux risques de pollution !

27 décembre 2021

Depuis le début de l’année, le service assainissement a recensé 3 pollutions aux hydrocarbures impactant les réseaux d’assainissement, de pluviales et /ou les cours d’eau du territoire de la Communauté de communes.

A chaque fois, il s’agissait d’un usager qui a déversé, par exemple lors d’un changement de son système de chauffage, le contenu de son ancienne cuve de fioul dans les réseaux d’assainissement et de pluviales.

Une fois la pollution identifiée, il est nécessaire pour les pompiers, les communes et le service assainissement, d’agir rapidement avant que la pollution ne se répande (soit vers la station d’épuration, soit vers les cours d’eau).

Les stations d’épuration ne sont pas dimensionnées pour traiter les hydrocarbures. Pire, elles peuvent être fortement fragilisées par une pollution aux hydrocarbures, ces derniers agissant sur les bactéries permettant le traitement des eaux usées. De plus, les rejets corrosifs comme les hydrocarbures abîment les canalisations, un curage des canalisations est souvent nécessaire. Les hydrocarbures se retrouvant dans les milieux naturels, ils ont des conséquences catastrophiques pour la faune et la flore.

Les frais induits par une pollution peuvent être refacturés à la personne ayant provoqué cette pollution.

De plus, les contrevenants risquent des amendes prévues à :

  • l’article L432-2 du Code de l’Environnement :

“Le fait de jeter, déverser ou laisser écouler dans les eaux mentionnées à l’article L. 431-3, directement ou indirectement, des substances quelconques dont l’action ou les réactions ont détruit le poisson ou nui à sa nutrition, à sa reproduction ou à sa valeur alimentaire, est puni de deux ans d’emprisonnement et de 18 000 euros d’amende.”

  • l’article L1337-2 du Code de la Santé Publique :

“Est puni de 10 000 euros d’amende le fait de déverser des eaux usées autres que domestiques dans le réseau public de collecte des eaux usées sans l’autorisation visée à l’article L. 1331-10 ou en violation des prescriptions de cette autorisation.”

Si vous êtes témoin d’une pollution, vous pouvez contacter les pompiers (18 ou 112), la mairie et le service assainissement (03.80.61.28.49).

RAPPEL -ASSAINISSEMENT – VOICI LES BONNES PRATIQUES A ADOPTER:

NE JETEZ PAS les lingettes (même biodégradables), les cotons tiges, les protections périodiques, les rouleaux de papier toilette, de l’essuie-tout, de la litière pour animaux ou les préservatifs dans les toilettes car ces matériaux ne sont pas dégradables et cela pose de sérieux problèmes dans les réseaux et les stations d’épuration (obstruction et détérioration des pompes), ils doivent être jetés dans la poubelle.

NE JETEZ PAS de peinture, du ciment, d’hydrocarbures, d’insecticide, de pesticide, de désherbant, de produits chimiques, de détergents ou de solvants comme le white-spirit dans vos toilettes ou vos éviers. Ne les jetez pas non plus dans les grilles ou les bouches d’évacuation situées dans la rue, ils rejoindraient directement le fossé ou la rivière. Apportez-les à la déchèterie la plus proche de chez vous où ils seront traités puis valorisés en respectant l’environnement.

NE JETEZ PAS les huiles de vidange ou de friture dans vos toilettes ou vos éviers. Ne les jetez pas non plus dans les grilles ou les bouches d’évacuation situées dans la rue, ils rejoindraient directement le fossé ou la rivière. Apportez-les à la déchèterie pour qu’elles soient valorisées.

N’UTILISEZ PAS TROP de lessive ou de liquide vaisselle, le petit plus que l’on ajoute n’est souvent pas indispensable et augmente la pollution à traiter à la station d’épuration.

NE JETEZ PAS vos vieux médicaments dans l’évier ou dans les toilettes. Les médicaments tuent les bactéries présentes dans les bassins de la station pour éliminer la pollution. Donnez-les à votre pharmacien, ils seront retraités sans polluer l’environnement.

PROTÉGEONS ENSEMBLE LA NATURE POUR LE BIEN DE TOUS !